Ma rencontre avec Miss.Tic à la galerie Fanny Guillon-Lafaille

La dédicace de Miss.Tic - Miss.Tic Femme de l'Etre par Christophe Genin

La dédicace de Miss.Tic – Miss.Tic Femme de l

Jusqu’au 19 avril, Miss.Tic expose à la galerie Fanny Guillon-Laffaille. Sur l’agenda des arts de Canal Street, dans mon souvenir, il était indiqué que l’artiste était présente au moment du vernissage, qu’à regret, j’ai loupé.

Ce samedi après-midi, je prends enfin le temps d’aller voir cette expo qui a lieu à l’occasion de la sortie du carnet de timbre Miss.Tic. « Femme de l’être » est le titre de ce voyage dans l’univers de la graffeuse. J’arrive rue de Miromesnil et découvre les toiles de l’artiste. Ça commence dans la vitrine de la galerie, qui s’ouvre avec un « Faire d’un mot le bel amant d’une phrase ». La question ne se pose pas, j’aime, j’adore.

Les fonds sont faits de pages de livres (des éditions des Milles et unes Nuits, me semble-t-il). Les silhouettes noires de femmes aux formes généreuses, soulignées de rouge, sont accompagnées des traditionnels épigraphes et de la signature de l’artiste. On retrouve également les pochoirs qui sont à l’origine de la série de timbres. Sont présentés les « vrais pochoirs » et leurs résultats. Briques et parpaings complètent cette antre où femmes et palabres sont à l’honneur.

Le trait, le mot d’esprit et d’humour sont là, plein d’acidité et de malice intelligente. « J’ai donné ma langue aux chats », « L »homme est le passé de la femme », « Je suis la voyelle du mot voyou ». Et les femmes, ces presque-autoportraits. Elles ondulent, elles sont au comble de la féminité. C’est splendide.

Après quelques minutes de visite, je « sors » d’une toile et remarque le petit attroupement près du bureau, dans le fond de la galerie. Une voix de femme, grave, enfumée demande : « C’est pour qui ? ». Je n’en crois mes oreilles. Une personne se décale et Miss.Tic est là. Menue et brune, une grande femme ! Je suis dans mes petits souliers (bleus)… Je continue mon parcours de l’expo « tranquillement ».

Je choisis un livre de Christophe Genin, Miss.Tic Femme de l’Etre, publié aux éditions des Impressions Nouvelles que je fais dédicacer par l’artiste. Elle y inscrit un de ces « épigraffs » « J’ai donné ma langue aux chats »… Je souligne que ce choix tombe bien, j’adore les chats ! Sans surprise, elle me dit qu’elle aussi et que la galeriste est également adepte des félins. Je me permets alors un « d’une certaine manière, vous êtes un matou dans les rues de Paris »…  Le titre de la pièce de Tennessee Willams ne se fait pas attendre : « Une chatte sur un toit brulant !  » répond-elle dans un grand éclat de rire ! Comment vous dire que cette journée en a été illuminée ?!

Miss.Tic – Femme de l’être
Galerie Fanny Guillon-Lafaille
18 rue de Miromesnil
75 008 Paris
M° Miromesnil
Jusqu’au 19 avril 2011

Camille Jochaud du Plessix

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s