Les passe-murailles de Shaka à la Galerie Lazarew

Shaka à la Galerie Lazarew

Shaka à la Galerie Lazarew

Vendredi soir, avant de quitter Paris pour le week-end, je suis passée à la galerie Lazarew pour découvrir le Solo show de Shaka, qui occupe les murs de la galerie Lazarew jusqu’au 5 novembre 2011. Une expo grand format, dans laquelle les techniques se rencontrent…

A mi-chemin entre la peinture et la sculpture, Shaka fait sortir ses personnages de la toile et des murs… et quels personnages ! Vous, nous, lui, c’est une image de ses contemporains et de lui-même (un auto-portrait à découvrir) que l’artiste propose. En tant que portraitiste, il s’attache à observer les traits, les comportements extrêmes et à les représenter dans leurs détails. Chaque muscle participe à une expression, il en représente donc chaque morceau afin d’exacerber la marque des émotions sur nos visages. Pour ce faire, l’artiste a recours à un matériau particulièrement léger, sculpté dans la masse, et qui permet d’assurer un travail de précision.

Chaque trait est représenté en volume, des formes qui gagnent en force et en profondeur par la couleur. La palette de Shaka est riche, vive, éclatante, elle souligne les effets déjà créés par les formes découpées, taillées. Ces choix de nuances rendent un peu plus troublants encore ces portraits hors du commun.

Une œuvre particulièrement impressionnante reste pour moi celle qui représente des excès de la société de consommation. Un bras qui tente de se saisir d’une bonne affaire, un caddie qui sort de la toile… une image en volume d’une grande éloquence !

Cette exposition est également l’occasion de découvrir l’une des étapes préparatoires des travaux de Shaka, l’esquisse. Le travail commence avec un modèle. Il se poursuit avec ces fameuses esquisses réalisées à la tablette numérique. C’est un moment essentiel qui précède le travail sur toile : il permet d’étudier les proportions, de travailler chaque détail, d’ajuster chaque trait pour parvenir au résultat voulu…

Dans un autre style, Shaka a réalisé ce très symbolique portait de Kadafi, fait de goudron et de plumes, à l’image des châtiments réservés aux bandits dans les westerns… Les plumes sont multicolores, donnant une image plutôt burlesque du dictateur. Sur le même modèle, peut-être pas dans le même symbolisme, un parcmètre a été couvert de plumes par l’artiste, un exercice à découvrir en photo… Artiste urbain oblige, c’est également en photo que l’on découvre un rideau de fer peint par Shaka !

Une exposition riche en formes, en couleurs, en métaphores… à découvrir jusqu’au 5 novembre 2011.

Shaka – Solo Show
Du 6 octobre au 5 novembre 2011
Galerie Lazarew
14 rue du Perche
75 003 Paris
M° Saint Sébastien Froissard

Camille Jochaud du Plessix

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s