A New York, quand on n’a pas le nez levé vers les gratte-ciel, on peut voir… (1/2)

Difficile de retrouver ses marques après 5 semaines à New York… Peu de publications depuis le retour, des idées d’évolution de ComCam&Co en tête…. Avant de tourner la page, petit tour d’horizon de ce que je suis réellement allée chercher outre-atlantique : de quoi en prendre plein la vue…

Keith Haring: 1978–1982 - Brooklyn Museum

Keith Haring: 1978–1982 – Brooklyn Museum

A New York, quand on a pas le nez levé vers les gratte-ciel, on peut voir (adresses et info à portée de liens)…

Le MoMA La très riche collection permanente offre un panorama de l’histoire de l’art remarquablement construit. Ce qui était jusqu’alors une illustration dans un livre est là, sous vos yeux… et c’est une impression récurrente !!! J’y suis retournée plusieurs fois pour profiter comme il se devait des expo Cindy Sherman (jusqu’au 11 juin 2012) et Pintin’-Print/Out !

Le Brooklyn Museum Trop facile d’être séduite par l’expo Keith Haring : 1978-1982 (jusqu’au 8 juillet 2012) ! Elle retrace les premières années de la carrière de l’artiste et présente une collection exceptionnelle d’œuvres sur papier. C’est sans oublier vidéos, collages, extraits de journal… et certains de ses premiers travaux dans le métro !!! Pour en voir et en savoir plus, je vous recommande la lecture de cet article de Brooklyn Street Art !

Exit Art Il s’agit d’un espace d’exposition et d’une organisation qui fait la promotion des arts alternatifs et des nouvelles formes d’expression. Lieu de créativité par excellence, des événements, ateliers et performances y sont souvent organisés. C’était notamment le cas lors de l’expo que j’y ai vu, « Collective/Performative » !

Le Studio Museum in Harlem..Le musée met à l’honneur la culture black et ses influences. Des installations, des vidéos… et du collage à gogo ! Les générations d’artistes se croisent au travers de sélections de la collection permanente, notamment « Who, What, Wear », sur l’évolution du style. Le Studio Museum in Harlem propose également des expositions temporaires, à l’image, notamment, de la reconstitution des rues de Harlem sur les murs du musée, par Kira Lynn Harris (jusqu’au 27 mai).

La Dia Art Fondation Il faut sortir de New York « City » et parcourir l’état pour se rendre à Beacon. C’est curieux de découvrir cette fondation d’art contemporain, située dans une ancienne imprimerie, dans une sorte de Pleasantville. Un concept en soi ! La Dia Art Fondation présente notamment des installations in situ de Sol LeWitt, Louise Bourgeois, John Chamberlain (dont j’ai vu quelques semaines plus tôt l’expo au Guggenheim) et Richard Serra, pour ne citer que ceux qui m’ont le plus impressionnée…

A New York, quand on a pas le nez levé vers les gratte-ciel, on peut aussi voir… du street art ! Et ça c’est pour le prochain billet !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s